Dys - tellement invisibles que la MDPH ne les voit pas !

Publié le par Moscillo Sylvie

Dys - tellement invisibles que la MDPH ne les voit pas !

Les associations du collectif Handicaps & Scolarité en soutien aux enfants dys.



L'association dys'Solution France 47 a souhaité interpeller la Maison Départementale des Personnes Handicapées sur l'exclusion des enfants atteints de troubles dys du champs du handicap.

Par voix de presse
dans « le Sud Ouest » en date du 26/02/2016, la MDPH qualifie les propos du Président de cette association de « mensongers » …. avant de se lancer dans une explication qui confirme les propos de l'association dys'Solution France 47 en indiquant qu'elle renvoie bien ses enfants vers des dispositifs propre à l'éducation nationale, hors champs du handicap.

Explications au regard de la législation en vigueur :

La MDPH prétend accompagner les enfants dys en confondant difficultés scolaires durables et situation de handicap.

Or, la loi du 11 février 2005 définit le handicap comme « toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive, d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales,
cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant ».

Tout enfant en situation de handicap a le droit de demander l'évaluation de ses besoins et compétence
s par l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH, guichet unique pour tout ce qui concerne le handicap qui permet dans chaque département, un accès unifié aux droits et prestations prévus pour les personnes handicapées.1
 

En fonction des résultats de l'évaluation, il est proposé un parcours de formation qui fait l'objet d'un Projet Personnalisé de Scolarisation indiquant les modalités de scolarisation coordonnées avec l'ensemble des mesures permettant l'aménagement et l'accompagnement de celle-ci.2

Le Projet Personnalisé de Scolarisation n'est donc pas un « dispositif » mais un outil, un document qui a valeur contractuel qui sert à garantir la cohérence et la continuité du parcour de formation d'un enfant handicapé.

La MDPH n'a aucunement compétence à
inventer un « projet d'accompagnement spécialisé » qui n'existe pas dans la loi pour se dédouaner d'ouvrir des droits à nos enfants.

Pas plus qu'elle ne pourrait se retrancher derrière l'existence de divers plans prévus par l'éducation nationale concernant les enfants malade
s (PAI – Projet d'Accueil Individualisé), élèves en difficultés scolaires durables (PPRE – Projet Personnalisé de Réussite Educative) ou des élèves avec des troubles d'apprentissages (PAP – Plan d'accompagnement Personnalisé) afin de ne pas ouvrir droit à compensation des conséquences du handicap.

In finé, le problème reste entier pour ses familles d'enfants dys qui se retrouvent bien seules à faire face aux dépenses de rééducations, sans aménagements de la scolarité, ni adaptation, ni accompagnement.

 

 

Réaction du département

Réaction du département

Dys - tellement invisibles que la MDPH ne les voit pas !

1« Afin que lui soit assuré un parcours de formation adapté, chaque enfant, adolescent ou adulte handicapé a droit à une évaluation de ses compétences, de ses besoins et des mesures mises en œuvre dans le cadre de ce parcours, selon une périodicité adaptée à sa situation. Cette évaluation est réalisée par l'équipe pluridisciplinaire mentionnée à l'article L. 146-8 du code de l'action sociale et des familles. Les parents ou le représentant légal de l'enfant sont obligatoirement invités à s'exprimer à cette occasion. »

Article L112-2 du code de l'éducation

2 «En fonction des résultats de l'évaluation, il est proposé à chaque enfant, adolescent ou adulte handicapé, ainsi qu'à sa famille, un parcours de formation qui fait l'objet d'un projet personnalisé de scolarisation assorti des ajustements nécessaires en favorisant, chaque fois que possible, la formation en milieu scolaire ordinaire. Le projet personnalisé de scolarisation constitue un élément du plan de compensation visé à l'article L. 146-8 du code de l'action sociale et des familles.

Il propose des modalités de déroulement de la scolarité coordonnées avec les mesures permettant l'accompagnement de celle-ci figurant dans le plan de compensation. »

Article L112-2 du code de l'éducation.

Commenter cet article

Paul Mugisho 19/05/2016 15:20

C'est bien dommage, enfin ces enfants méritent tout comme les autres d'être accompagnés et soutenus!