ONU

Publié le par Moscillo Sylvie

ONU : «La dignité doit prévaloir"

Un appel pour en finir avec un traitement psychiatrique non-consensuelle Journée mondiale de la santé mentale - Samedi 10 Octobre ici à 2015

GENÈVE (8 Octobre 2015) - Les Rapporteurs spéciaux des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées, Catalina Devandas-Aguilar, et sur le droit à la santé, Dainius Puras, ont appelé aujourd'hui les États à éradiquer toutes les formes de traitement psychiatrique non-consensuelle.

Prenant la parole lors de la Journée mondiale de la santé mentale , les experts indépendants ont exhorté les gouvernements à mettre fin à la détention arbitraire, l'institutionnalisation forcée et le traitement forcé, afin d'assurer que les personnes ayant des troubles développementaux et psychosociaux soient traités avec dignité et que leurs droits respectés.

"Enfermé dans les institutions, attaché et mis en contention, souvent à l'isolement, drogué et en sur-médication, ce ne sont que quelques illustrations de la façon dont les personnes handicapées, ou celles perçues comme telles, sont traités sans leur consentement, avec de sévères conséquences pour leur intégrité physique et mentale.

Globalement, les personnes ayant des troubles développementaux et psychosociaux sont confrontées à la discrimination, la stigmatisation et la marginalisation et sont soumis à la violence psychologique et physique dans les des établissements de santé mentale et dans la communauté. Et chaque année, les droits et la dignité de centaines de milliers de personnes à travers le monde sont violés à la suite des interventions de psychiatrie non consensuelles.

Trop souvent, les personnes ayant une déficience intellectuelle et psychosociaux sont officiellement ou officieusement démunis de leur capacité juridique et arbitrairement privés de leur liberté dans les hôpitaux psychiatriques, d'autres institutions spécialisées et d'autres endroits similaires.

La dignité peut ne pas être compatibles avec les pratiques de traitement de force qui peuvent équivaloir à de la torture. Les États doivent mettre fin à cette situation d'urgence et respecter l'autonomie de chaque personne, y compris leur droit de choisir ou de refuser un traitement et des soins.

Sans être libéré de la violence et de l'abus, l'autonomie et l'autodétermination, l'inclusion dans la communauté et la participation à la prise de décision, la dignité inhérente à la personne devient un concept vide. La communauté internationale doit reconnaître l'ampleur de ces violations, qui sont largement acceptées et justifiées au nom de la psychiatrie comme une pratique médicale.

La notion de «nécessité médicale» derrière le placement et le traitement non-consensuelle sans réelles preuves scientifiques et critères "sonnants". L'héritage de l'usage de la force en psychiatrie est contre le principe «primum non nocere» (premier pas faire de mal) et ne devrait plus être acceptée.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées offre une occasion prometteuse pour un changement de paradigme dans les politiques et pratiques de santé mentale. La Journée Mondiale de la santé mentale de cette année souligne plus que jamais la nécessité d'élaborer de nouveaux modèles et les pratiques des services communautaires qui sont respectueux de la dignité et de l'intégrité de la personne.

Il est un bon moment pour faire le point sur l'entrée en vigueur récente de la Convention relative aux droits des personnes handicapées pour ouvrir un dialogue entre toutes les parties prenantes, y compris les utilisateurs de services, les décideurs et les professionnels de la santé mentale de travailler sur des solutions basées sur les droits de l'homme qui peuvent fournir des réponses aux questions soulevées par les normes de la Convention.

Nous demandons aux États de mettre fin à tous les cas de détention arbitraire, l'institutionnalisation forcée et le traitement forcé, pour s'assurer que les personnes ayant une déficience intellectuelle et psychosociale soient traités avec dignité, que leurs droits et leurs décisions soient respectées en tout temps, et d'avoir accès au soutien et l'accueil nécessaire pour communiquer efficacement de telles décisions ".

Publié dans ONU

Commenter cet article