En cas d'absence de l'AESH (AVS).

Publié le par Moscillo Sylvie

Peut-on refuser d'accueillir mon enfant en cas d'absence de l'AESH ?

Non : l’enfant doit être accueilli : les textes le stipulent : « l'admission et la scolarisation d'un élève en situation de handicap ne sauraient dépendre systématiquement de la présence d'un AVS» (circulaire n° 2004-117 du 15 juillet 2004).

Dans chaque département, l’Inspecteur d’Académie a désigné un coordonnateur qui « doit être en mesure d’effectuer un suivi rigoureux des décisions prises par la CDAPH, d’entretenir le dialogue avec les familles et de répondre efficacement aux situations particulières soit en cas d’absence de l’AESH (qui ne doit pas entraîner ipso facto la rupture de scolarisation de l’élève), soit en cas d’absence de l’élève accompagné.

En cas d’une absence de courte durée de l’AESH, un protocole doit être mis en place dans l’école permettant d’assurer la continuité de la scolarité de l’élève handicapé, sauf cas particuliers ou circonstances exceptionnelles.

En cas d’absence prolongée de l’AESH (congés de maternité, congés maladie prolongés par exemple) des possibilités de remplacement doivent être prévues.

De même en cas d’absence brève de l’élève handicapé, il est préférable – sauf cas particulier – que l’AESH continue à être présent dans la ou les classe(s) où il intervient habituellement de manière à ce qu’il puisse au mieux pallier auprès de l’élève handicapé les effets de son absence momentanée… » (circulaire n° 2004-117 du 15 juillet 2004).

Publié dans AVSi - AVSm - AESH

Commenter cet article