Le Handicap

Publié le par Moscillo Sylvie

Définition du handicap

Etymologie

Le mot handicap vient de l'expression anglaise hand in cap, ce qui signifie « la main dans la casquette ». Il s'agissait d'un jeu de hasard, les joueurs disposaient leurs paris dans un chapeau. L'expression est transformée en mot et appliquée au XVIIIe siècle au domaine sportif, ce mot qui désigne le désavantage imposé à un concurrent pour équilibrer les probabilités de victoires..

D'après la loi du 11 février 2005 :

« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou trouble de santé invalidant ».

Classification du handicap

Les différentes classifications du handicap

  • La CIM-10 : Classification statistique International des Maladies et des problème de santé connexes, 10ème Révision. voir ici
  • Nomenclature des déficiences, incapacités et désavantages. voir ici
  • La CIF : Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé voir ici
  • La CIF-EA : Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé. Version pour enfants et adolescents (CIF-EA). voir ici

Et pour nos enfants...

Si les institutions ont besoin de classifier et de répertorier le handicap de nos enfants pour leurs statistiques, il nous faut rester vigilants à ce que ces informations restent dans les statistiques uniquement et non pas dans les dossiers de nos enfants afin de ne pas les stigmatiser, de les enfermer dans des représentations.

Par ailleurs, les éléments médicaux concernant nos enfants font l'objet du secret médical et n'ont pas a être divulgués à tous pour que nos enfants puissent être scolarisés.

Il est néanmoins important de pouvoir partager nos connaissances de cet enfant avec l'ensemble des professionnels qui l'entourent dans un langage commun : pour cela, la description de l'altération de fonction(s) nous semble la plus judicieuse et la plus compréhensible par tous.

Ex : Ecrire dans le dossier d'un enfant Infirme Moteur Cérébral (c'est son diagnostique) qu'il est atteint d'un trouble moteur ne renseigne en rien sur qui est cet enfant. Dire de lui qu'il a un trouble de la motricité globale et fine touchant à l'ensemble du corps, des troubles neurovisuels et un déficit de la mémoire auditive permettent de mieux comprendre ce qu'il ne va pas arriver à réaliser (limitation d'activité et/ou de participation à la vie sociale) dans le cadre scolaire.

Et pour un deuxième enfant, aussi IMC, on écrira : trouble de la motricité fine au niveau des membres supérieurs, absence de langage en raison des troubles d'articulation. Tous les deux sont IMC, et pourtant, tous les deux seraient classés dans "troubles moteurs" alors que leurs profils sont complètements différents.

Si nos enfants ont des déficiences et des incapacités, ils ont aussi des points forts qu'il ne faut pas oublier de noter dans leurs dossiers.

Publié dans Le Handicap

Commenter cet article